booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Commentaires

Mali: plusieurs arrestations après les affrontements meurtriers de Ké-Macina

RFI  17-02-2017 à 01:24

Au Mali, l’enquête se poursuit à Ké-Macina après les affrontements qui ont fait 20 morts et 16 blessés le week-end dernier, dans cette localité du centre du pays. Affrontements intercommunautaires, conflit foncier, implication de terroristes jihadistes… Les pistes sont nombreuses. Quatre hommes ont d’ores et déjà été interpelés mercredi soir 15 février par l’armée malienne.

Les quatre hommes arrêtés mercredi soir venaient de tenter l’attaque d’un convoi militaire. Selon des informations fournies par une source militaire malienne et par un élu local, les forces maliennes ont pu riposter et mettre en fuite leurs assaillants, une dizaine d’hommes. Quatre d’entre eux ont été arrêtés avec leurs armes et leurs motos. Transférés vers Sévaré, ils doivent être conduits à Bamako.

Si le calme est revenu à Ké-Macina, de nombreuses familles se sont déplacées dans les villages alentour et n’osent toujours pas rentrer chez elle.
© C. Hugues/Flickr

De source militaire, ces interpellations pourraient faire avancer l’enquête sur les affrontements meurtriers du week-end dernier à Ké-Macina. Cette source affirme que les hommes qui ont attaqué un boutiquier samedi, mettant le feu aux poudres, étaient en fait des terroristes jihadistes fidèles au prédicateur Amadou Koufa, qui soupçonnaient le boutiquier d’être un informateur de l’armée.

Une hypothèse qui contredit les déclarations de nombreux responsables locaux et gouvernementaux, qui privilégient quant à eux la piste d’un affrontement intercommunautaire, sur fond de conflit foncier entre éleveurs peuls et agriculteurs bambaras. Des conflits récurrents dans cette zone. L’un n’exclut d’ailleurs pas l’autre, puisque les groupes jihadistes savent instrumentaliser ces conflits pour recruter des combattants.

Si le calme est revenu à Ké-Macina, de nombreuses familles se sont déplacées dans les villages alentour et n’osent toujours pas rentrer chez elles, de peur de nouveaux affrontements.

Motos interdites

Et les motos seront interdites à partir de lundi dans les circonscriptions de Ké-Macina, Niono, ainsi que dans les communes rurales de Bellen et de N’Komandougou. Une mesure annoncée dans la foulée des affrontements intercommunautaires. Mais la décision avait été prise avant même ces affrontements par le chef d’état-major des armées, qui entend ainsi faciliter le travail des forces de sécurité contre les groupes terroristes, qui utilisent ce moyen de transport.

La mesure ne concerne que les déplacements entre villages, les motos restent autorisées au sein des localités. Le problème, c’est que les terroristes sont loin d’être les seuls à se déplacer à moto, et c’est bien ce qui inquiète les habitants.

Ça va pénaliser pratiquement toute la population : les agents de santé, les agents des ONG, la population, les commerçants, tout le monde.
http://www.rfi.fr/afrique/20170216-mali-plusieurs-arrestations-apres-affrontements-meurtriers-ke-macina

Envoyer un commentaire