booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Niger: le président Issoufou inquiet d’une démographie galopante

AFP-lepoint.fr-03-08-2017-2147

Le président du Niger, Mahamadou Issoufou, s’est inquiété de la démographie galopante dans son pays, Etat très pauvre qui détient le plus fort taux de natalité au monde avec 7,6 enfants par femme.

« Au rythme actuel, la population de notre pays doublerait en moins de 18 ans et pourrait atteindre plus de 40 millions en 2035 et environ 75 millions en 2050. Le bon sens nous commande de réfléchir dès à présent à ces horizons », a prévenu le président mercredi soir dans un message à l’occasion du 57ème anniversaire de l’indépendance du Niger.

La croissance démographique du Niger est une des plus fortes au monde (3,9 % par an), selon les statistiques officielles. Un niveau que ce pays, abonné aux sécheresses et aux crises de malnutrition, ne pourra pas supporter.

« Si nous n’arrivons pas à éduquer, former, soigner notre jeunesse et à lui offrir des opportunités d’emploi », elle « sera un handicap, pire, une menace (pour) la cohésion sociale et la prospérité », a mis en garde M. Issoufou.

« Il faudra agir dès maintenant », a-t-il lancé, expliquant que son gouvernement mise notamment sur « la fin des mariages et naissances précoces », « la scolarisation » et « la formation des jeunes filles » pour espérer infléchir la courbe démographique.

2 commentaires pour Niger: le président Issoufou inquiet d’une démographie galopante

  • Gervais Coppé

    Bravo, Président Issoufou, pour votre clairvoyance et votre courage politique !
    Ils sont si rares, en pays musulman, les dirigeants politiques qui osent proclamer le péril démographique menaçant leur pays. Certains pays très catholiques ne font d’ailleurs pas mieux : pensons à la Pologne et à l’Irlande…
    Cette déclaration du président Issoufou a d’autant plus de poids qu’il l’a faite à l’occasion du57ème anniversaire de l’indépendance du Niger.
    Oser dénoncer les mariages arrangés, forcés, et précoces, n’est pas nouveau. C’est l’accroissement des maternités très précoces et hors-mariage qui est inquiétant.
    Mais le blocage essentiel réside dans les mentalités, qui valorisent la fécondité, et s’opposent à une politique nationale de contrôle des naissances.
    Dans les années 70 le tabou était coriace. Je me souviens que des médecins allemands avaient été sanctionnés (et pour certains expulsés) pour avoir fourni des contaceptifs à des femmes demandeuses. Du reste, à Maradi, lorsque l’Union des Femmes du Niger organisait des réunions d’information sur la contraception, seules les prostituées osaient y assister.
    Cette croissance démographique est une constante déjà ancienne. L’examen de la carte I.G.N. des années 40 nous montre qu’au niveau de la « limite nord des cultures » la toponymie est exprimée dans les langues des pasteurs (peule, touarègue). Depuis, les pâturages sont devenus des « hameaux de cultures », et cet empiètement à la fois économique et culturel par les cultures sur brûlis a accentué les antagonismes qui ont tragiquement perduré, tout en favorisant l’avancée du désert.
    Hélas, l’agro-écologie n’a pas encore droit de cité.

  • Anti invasion

    Ce pays est un danger extrême pour l’Algérie. Si les Nigériens continuent à déverser sur l’Algérie leur démographie explosive ils vont déclencher chez nous une guerre raciale. Il y a déjà des violences entre Algériens et Subsahariens, ces derniers sauvant leur peau in extremis grâce à l’intervention de la police toujours très rapide, ce qu’elle n’a jamais fait à Ghardaïa pour défendre les Mozabites contre les criminels Chaambas et Maliens devenus Algériens après l’Indépendance.
    Il serait temps que les mendiants professionnels nigériens se mettent dans le crane qu’ils ne feront jamais de l’Algérie leur colonie de peuplement, il y a des hommes pour défendre ce pays.

Envoyer un commentaire