Un casque bleu de la Minusma à Tombouctou, dans le nord du Mali. © Sebastien RIEUSSEC / AFP
Un casque bleu de la Minusma à Tombouctou, dans le nord du Mali. © Sebastien RIEUSSEC / AFP

Cette remise des actes de l’EID, dit Davidse, est l’aboutissement, depuis 2013, d’une coopération étroite et fructueuse entre le bureau du Médiateur de la République et la Minusma, y compris le haut commissariat des Nations-Unies aux droits de l’homme. Notre collaboration, explique Koen Davidse, a, d’une part, contribué au renforcement des jalons d’un long processus démocratique, en appuyant l’Eid, et d’autre part, elle a permis d’offrir un cadre plus propice à la promotion de la paix, des droits de l’homme et l’enracinement des valeurs démocratiques. En soutenant l’impression des actes de l’EID, ajoute le Koen Davidse, la Minusma et le haut commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, espèrent que ces actes puissent contribuer à la reconstruction de la mémoire collective du peuple malien dans ses échanges et relations avec l’administration publique. Dans ce cas, indique le représentant spécial adjoint du secrétaire général chargé des affaires politiques de la Minusma  au Mali, ces actes permettront également à la commission vérité, justice et réconciliation d’accélérer le processus de recherche de la vérité et contribuer ainsi à la consolidation de la paix au Mali. «La Minusma et le haut commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme demeurent engagés pour l’appui à toutes les initiatives à même de renforcer la paix et la stabilité au Mali, la consolidation des efforts des institutions de développement démocratique, l’efficacité des mécanismes judiciaires, y compris ceux de la justice transitionnelle, et ce dans l’optique globale de la promotion et la protection des droits de l’homme et la primauté de l’Etat de droit au Mali», a conclu le Koen Davidse.

Le Médiateur Baba Akhib Haidra, pour sa part, s’est réjoui de l’intérêt et l’appui constants apportés à l’EID depuis 2014 par la Minusma. Ces appuis, dit-il, nous ont permis de financer certains éléments de l’organisation des sessions de l’EID, sessions au cours desquelles le chef de la division du haut commissariat des nations Unies aux droits de l’homme au Mali, Guillaume Guefan n’a pas manqué d’adresser des messages de paix et de justice à nos compatriotes.  La publication des actes de l’EID 2008, 2009, 2012, 2013, 2014 et 2015 intervenant 4 ans après le transfert au Médiateur de la République de la chargé de l’EID,  dit Baba A. Haidara, vient de renforcer et compléter le travail accompli dans le passé par le ministère de la justice dans ce domaine en partenariat avec la Fondation Friedrich Ebert.  «L’avant propos qui figure dans les ouvrages signés par le directeur de la division des droits de l’homme, illustre parfaitement les objectifs visés et donc l’importance des actes édités, à la fois pour l’histoire de la démocratie malienne et pour le travail des organisations de défense des droits de l’homme », déclare le Médiateur de la République.

Avant de promettre à la Minusma de tout mettre en œuvre pour poursuivre le travail de recherche jusqu’à que soit trouvé la série complète de toutes les éditions de l’Eid pour la promotion de l’Etat de droit au Mali. Rappelons que c’est dans le cadre des efforts d’amélioration du fonctionnement de l’EID et de ses mécanismes  de fonctionnement, que le Médiateur a décidé de procéder à la reconstitution de la mémoire institutionnelle de l’EID, depuis sa création en 1994. D’où ce soutien de la Minusma à son endroit pour réaliser ce projet de promotion de droit de l’homme.

Hadama B. Fofana

Source : Le Républicain, http://maliactu.net/mali-promotion-des-droits-de-lhomme-la-minusma-contribue-a-la-reconstitution-de-la-memoire-institutionnelle-de-lespace-dinterpellation-democratique/