booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Rapport annuel de l’organisation IMOUHAGH Internationale pour la Justice et la Transparence pour l’année 2018

  

L’Organisation Imouhagh Internationale pour la Justice, le Dévelopement et la Transparence est une organisation internationale non gouvernementale à but non lucratif de défense de Droits de l’Homme, pacifique et d’utilité internationale, dont le siège principal est à Paris (France). Créée à partir de la diáspora Imouhagh(tamasheq/touarègue), sa mission principale consiste à répondre aux besoins des Imughagh/ Imazighen et de développer leur capacités à faire face aux problèmes et a ses principal défis.Il s’agit d’une initiative adoptée par un groupe de jeunes diplômés par diverses établissement d’enseignement supérieur – instituts et universités -, ressortissants de plusieurs pays du Grand Sahara (Afrique du Nord et de l’Ouest).

Son approche d’Imouhagh Internationale considère le dialogue, la consultation et l’échange comme la base fondamentale de ses resolutions destinés à l’ensemble des problèmes du peuple Imouhagh dans leurs territoires. La transparence et l’engagement nourrissent son programme et renoncent à tous les systèmes de loyautés restreintes.

L’Organisation Imouhagh Internationale pour la Justice, le Dévelopement et la Transparence ouvre ses portes d’adhesion à toutes et à tous ceux qui croient à la légitimité et à la justesse de la cause des Imouhagh, indépendamment de la nationalité ou de la religion.

L’organisation se distingue par l’honneur d’être un rassembleur du peuple (Ummah) dans son unité et de sa parole, afin de pouvoir exprimer les questions les plus importantes de Kel Tamhaght auprès des autorités concernées partout dans le monde.

L’Organisation a établit des relations de consultation et de coopération avec les organisations de l’ONU et avec d’autres organisations internationales, gouvernamentales ou non gouvernamentales, dans le but de protéger les droits et les intérêts vitaux et stratégiques des Imouhagh. En plus, l’Organisation Imuhagh Internationale mène des éfforts pour régler les différeces de positions et les conflits pacifiquement à travers le dialogue.

Elle travaille, également, pour la préservation des valeurs profondes et de l’histoires ainsi qu’à combattre et à éliminer les stéréotypes, les visions figées sur la nation Imouhagh, la discrimination raciale systématiquement infligée aux Imouhagh et à l’ensemble des Imazighen.

Imouhagh InternationalEn résumé, les principes de l’Organisation Imouhagh Internationale sont les suivants:

  • La defense du peuple Imughagh/ Imazighen (ummah) dans sa dimension politique, économique, sociale, culturelle et humanitaire.
  • La répresentation du peuple Imughagh/ Imazighen dans les forums internationaux.
  • L’action rapide pour la résolution des sitituations de crises politiques, sociales et des conflits.

LIRE LE RAPPORT

1 commentaire pour Rapport annuel de l’organisation IMOUHAGH Internationale pour la Justice et la Transparence pour l’année 2018

  • Wartehen-Ghaçan

    Wartehen-Ghaçan, défend la « toumast n’U’Tamasheqh/Temouchagha » (l’identitaire touareg) en cette fin d’année 2014 sur le site Malijet !

    1) Du bon sens du mot « touareg »

    Je tenterais de renseigner la bonne question posée pour un anonyme de Malijet que je cite: « Merci pour quelqu’un qui connaît mieux de donner plus de détails sur le mot touareg. »

    Le mot « touareg » viendrait de « Taouarga », la ville des berbères descendants des Numides (« Anamaditen », en Tamacheqh), une peuplade moyenâgeuse du Fezzan libyen qui s’appelle elle-même, en ce moment « Imouhagh » ou « Imouchagh », dénomination générique qui s’interprète en français par les «braves », les « nobles ».

    Au Sud du Sahara, les touaregs s’appellent eux-mêmes «kel Tamashaqh » (singulier « Amachagh ») ou « kel Tamahagh» (singulier « Amahagh ») et « kel Etel (les « Lithamés/voilés) : ceux qui parlent le Tamashaqh et écrivent le Tifinagh, leur écriture héritée de l’ancien araméen de la Phénicie (actuel Liban), proche de l’ancien hébreux, de l’amharique éthiopien et des hiéroglyphes égyptiennes.

    La déformation linguistique du mot « Amahagh » a donné le mot « s’seregue » que les arabes maghrébins, qui n’aiment pas les berbères qu’ils ont colonisés et islamisés de force, ont, ironiquement, traduit par « pilleur/brigand ».

    La terminologie arabe « s’seregue » a donné le mot « touareg » se traduisant par « pilleur/brigand » adopté par les colons français qui l’ont transcrit et vulgarisé, moins par méchanceté vis-à-vis des « Hommes Bleus » du Sahara qu’ils estiment mieux que les arabes que pour distinguer les « touaregs» sahariens des « berbères », leurs cousins du littoral méditerranéen.

    Les sonraïs de Tombouctou au Mali (« Ihatan », en Tamacheqh), qui ont eu les premiers contacts avec les arabes et les touaregs maghrébins, ont repris cette terminologie arabe « s’seregue » en désignant les touaregs par le qualificatif « sergou-boro ».

    Au total, le nom Touareg (singulier « Targui ») donnera la dénomination générique « Targuiya » à la communauté des touaregs de la rive Sud du Sahara, la troisième branche des Berbères nord-africains dont l’épicentre historique est l’actuelle région de la Kabylie en Algérie.

    La communauté touarègue/kel Tamacheqh du Mali serait originaire de l’Afrique du Nord dit « Maghreb » ; presentiment des régions à majorité de peuplement berbère, il s’agit de:
    1) Fezzan libyen, du village de Taouarga; il s’agit du sous-groupe Dowçahak de l’Azawagh/Ménaka et du sous-groupe Chérifènes et kel Antessar de l’Azawa/Affala/Haoussa, dans la région de Tombouctou) ;
    2) Kabylie algérienne, Atlas et Tafilalet marocains ; il s’agit du sous-groupe berbère kel Tamacheqh dit de la Tadamakket/Assouk/Adagh/Timteghène : Imouchagh/Iwellemeden, Idnan, des Ifoghas, Imghad, Izamaten, Imededeghen.

Envoyer un commentaire