booklet 8 pages

QUI SOMMES-NOUS ?


Association TAMOUDRE,“Touareg, vie et survie”.
Informations, réflexions et actions ciblées autour du DÉVELOPPEMENT et des problèmes de GÉOSTRATÉGIE, [...]

Lire la suite

TERRITOIRES ET ACTIONS

Mali: Ibrahim ag Idbaltanat, le combattant de la liberté

De culture Touareg, Ibrahim ag Idbaltanat, président de Temedt, association de lutte contre l’esclavage au Mali, est le co-lauréat du prix UNESCO pour la promotion de la tolérance et de la non-violence 2014, décerné vendredi 14 novembre à Paris. L’Express a raconté le formidable combat pour la liberté mené par Ibrahim et ses compagnons.

L’UNESCO, organisation des Nations-Unies oeuvrant en faveur de la paix, du développement et des droits humains fondamentaux, a décerné, hier soir à Paris, son prix pour la promotion de la tolérance et de la non-violence 2014. Le prix UNESCO-Madanjeet Singh (ancien ambassadeur de bonne volonté de l’organisation) récompense, une fois tous les deux ans, des personnalités qui, par leur action concrète, s’attachent à promouvoir les valeurs de tolérance et de respect de l’autre.

Mali: Ibrahim ag Idbaltanat, le combattant de la liberté

Ibrahim ag Idbaltanat a été récompensé par l’Unesco pour sa lutte contre l’esclavage au Mali.

afp.com/Miguel Medina

 

Cette année, deux lauréats sont distingués. Premièrement, Francisco Javier Estévez Valencia (Chili), figure de la lutte non-violente pour les droits de l’homme et la démocratie sous la dictature militaire de Pinochet (1973-1988), toujours actif dans le domaine de l’éducation à la citoyenneté, à la tolérance et au respect de la diversité.

 

Deuxièmement, Ibrahim ag Idbaltanat (Mali), militant de la lutte contre l’esclavage contemporain dans son pays. Président de l’association Temedt (« Fraternité » en Tamachek, la langue Touareg), Ibrahim et ses 38 000 adhérents aident les personnes réduites en esclavage – elles sont au moins 300 000 au Mali – à s’affranchir, à quitter leurs « maîtres » et à mener une existence libre. L’association incite également les anciens captifs à attaquer en justice leurs « propriétaires » et souhaite la promulgation d’une loi criminalisant l’esclavage, qui est interdit au Mali. En mai 2013, à Bamako, L’Express avait rencontré Ibrahim ag Idbaltanat et certains militants de Temedt. Leur combat pour la liberté était raconté dans le reportage « La révolte des esclaves« .

En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/ibrahim-ag-idbaltanat-le-combattant-de-la-liberte_1622205.html#2zm0Boqgcv6Wc24u.99

Envoyer un commentaire